Scientific Events

Summer et Spring Schools

The first Summer School was held in Jerusalem from July 9 to 19, 2019

The next Spring School will be held in Argos (Greece) in 2022 in collaboration with the French School of Athens

Colloques

Cet atelier « Les dieux d’Homère III » et premier colloque du projet MAP, tenu à l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer les 10 et 11 septembre 2018, a donné l’occasion de lancer la réflexion sur l’articulation entre les épithètes dites littéraires et les épiclèses relevant de contextes rituels ou cultuels, à travers l’examen du dossier homérique et de ses échos.

Comme le rappelle Hérodote, ce sont Homère et Hésiode qui ont enseigné aux Grecs la manière de nommer les dieux. Dès lors, cette enquête sur les systèmes et les pratiques de dénomination en contexte entendait embrasser du regard les poèmes d’Homère, mais également la poésie hésiodique et archaïque, les Hymnes homériques et, dans la longue durée qui va jusqu’à la fin de l’Antiquité et même au-delà, leur circulation et réception dans de multiples genres et usages littéraires. Dans l’esprit du projet MAP, on a abordé les attributs onomastiques divins comme un véritable langage, susceptible de faire système et d’évoluer au gré des contextes d’énonciation.

Les différentes contributions au colloque ont fait ressortir la complexité et la polysémie des outils onomastiques, ainsi que la multiplicité des enjeux qui y sont liés. La rencontre a également donné l’occasion d’interroger les contours des catégories de « théonymes » et d’« épithètes », mais aussi d’« épiclèses (cultuelles) » et d’« épithètes (littéraires) ». Loin d’être un simple ornement ou un ingrédient technique, l’épithète participe pleinement à la fabrique du divin en pays polythéiste. Dans la dimension de la réception, elle révèle des « pulsions » de la mémoire culturelle, qui contribuent à renouveler, à travers les ressorts de la dénomination, la représentation des puissances invisibles.

Programme du colloque

We are pleased to announce that the MAP project organizes a Workshop at the Annual Conference of the European Association of Biblical Studies (EABS), that will take place at the University of Warsaw from the 11th to the 14th August 2019. The Workshop is entitled “Gods in Translations: The Many Names of Ancient Semitic Gods” and the call for papers is open until 28th February 2019. For more information and for submitting a paper, see the following link:

Gods in Translations: The Many Names of Ancient Semitic Gods

The Antiquity is a world full of gods. Far from being confined to their sanctuaries, the gods are rooted in the human environment in multiple ways: towns, crossroads, borders and boundaries, forests, mountains, the sea and many other spaces where they continue to dwell. Equally, they colonise imagined spaces, when poets and authors evoke their living areas or those that they move through during their different adventures. It is therefore logical that specialists on the Antiquity have studied the inscription of the divine in space for a long time already. In this perspective, the conference Naming and Mapping the gods in the Ancient Mediterranean. Spaces, Mobilities, Imaginaries hopes to bring together the competences and specialties of multiple disciplines – archaeology, history, geography, anthropology, history of religions, philology, reception, social network analysis – in order to consider new documentation corpora concerning the intersection between the divine and space. Furthermore, the conference aims to differentiate itself by proposing an innovative angle of approach, inspired by the themes of the ERC MAP project: the intersection between the spaces and designations of the gods. The ways of naming the divine powers, given that they are envisaged as ways to define, characterise, differentiate, but also to connect, effectively constitute many indexes of a dynamic and complex “mapping” of the divine.

Journées d'études

Journée d’études : Sive deus sive dea. Dénominations divines dans les mondes grec et sémitique : une approche par le genre.

Date : 1er avril 2019

Lieu : Maison de la recherche, Toulouse

Dans le cadre des recherches de MAP sur les noms divins, la Journée d’étude Sive deus sive dea du 1er avril 2019 avait pour objectif d’éclairer les modalités de composition et d’usage des dénominations divines au moyen de l’outil du genre (gender). Nous avons pu comprendre dans quelle mesure l’outil conceptuel révélait des stratégies de dénomination particulières, ainsi que certaines relations nouées entre les agents humains qui recourent aux noms divins et les puissances ainsi invoquées. Fidèle à sa perspective comparatiste, le projet MAP, avec le concours du projet Eurykleia et l’Institut Universitaire de France, a reçu des spécialistes de la religion grecque et des religions ouest-sémitiques.

Stella Georgoudi (EPHE – AnHiMA), « Grand » dieu, « Grande » déesse : à propos des épithètes/épiclèses Megas/Megalê en Grèce ancienne.

Stéphanie Anthonioz (Université catholique de Lille, Orient & Méditerranée), Le divin au Levant : une approche par les textes bibliques et par le genre.

Audrey Vasselin (Paris 1 – AnHiMA), De la bonne manière de nommer Athéna à Athènes : l’emploi de l’épicène ἡ θεός dans les inscriptions officielles et les dédicaces privées (VIe-IIe siècles av. J.-C.).

Aleksandra Kubiak-Schneider (Chercheuse invitée au sein du Projet MAP), Women in the votive dedications from Palmyra.

Marie Augier (Université de Strasbourg – Archimède), Dénominations divines, genre des acteurs du rituel et des agents cultuels : le cas des prêtrises de Dionysos.

Adriano Orsingher (Eberhard-Karls-Universität Tübingen), Giving a face to a name. Phoenician and Punic Divine Iconographies, Names and Gender.

Une table ronde conclusiveHistoire des religions, histoire du genre : un croisement fructueux, avec Sandra Boehringer, Corinne Bonnet et Violaine Sebillotte Cuchet, a apporté des conclusions méthodologiques quant à l’application des concepts d’histoire du genre à la documentation rencontrée en histoire des religions, en témoignant de pistes fructueuses pour la recherche.

Une publication des contributions à ce riche atelier exploratoire est en cours de préparation.

La journée d’étude était précédée par une séance d’information et d’échanges entre les équipes des programmes MAP et Eurykleia (https://eurykleia.hypotheses.org/), le matin du vendredi 29 mars. Cet atelier a également permis de confronter les objectifs et méthodes de travail mis en œuvre pour la constitution de bases de données impliquant l’onomastique antique.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Journée d’études : Stephanephoria. Honorer les dieux, couronner un parcours

Date : 21 juin 2019

La journée d’études Stephanephoria. Honorer les dieux, couronner un parcours a été offerte le 21 juin 2019 à Nicole Belayche, Directrice d’études à l’École Pratique des Hautes Études et membre du laboratoire AnHiMA (UMR 8210) [http://www.anhima.fr/spip.php?article56], dont les travaux autour des cohabitations religieuses, la représentation et la dénomination du divin dans le monde romain éclairent nos propres travaux au sein du projet MAP. La rencontre a été l’occasion de riches échanges dans la lignée des recherches collectives qu’elle a animées.

Journée d’études : Des dieux en séries?

Pour inaugurer le programme de recherche “Panthéons” en contexte : pour un répertoire raisonné des listes de divinités dans les religions antiques, coordonné par Gabriella Pironti (EPHE – ANHIMA), une collaboration s’est mise en place avec le projet ERC Mapping Ancient Polytheisms et le programme Penser en listes dans les mondes grec et romain co-dirigé par Romain Loriol (Lyon 3 – Hisoma). Les 29 et 30 novembre 2019, une rencontre à visée exploratoire interrogera la relation entre listes et polythéismes antiques, dans une perspective interdisciplinaire et comparatiste.

Quand, où, pourquoi, dans quels contextes met-on les dieux en séries ? Comment comprendre cette pratique particulière du langage du polythéisme ? Quelles sont les logiques syntaxiques qui président à l’enchaînement de noms divins ? Quelles analogies et quelles différences est-il possible de relever entre les listes divines au sein des diverses aires culturelles prises en compte ?

2019-11-29.30_dieux en séries_ affiche (1)

2019-11-29.30_dieux en séries_programme

To explore the idea that naming is to summon bits of “theology” rooted in traditions and innovations specific to each environment, Syria provides an exceptionally rich terrain. In the framework of the MAP project (ERC Advanced Grant 741182 “Mapping Ancient Polytheisms. Cult Epithets as an Interface between Religious Systems and Human Agency”), we propose to examine the shared or specific, widespread or singular names of the innumerable deities attested with their onomastic and iconographic attributes in Syrian sanctuaries: Nabu, Nergal, Shamash, Zeus, Athena, Nemesis, or the lesser known Durahlun, Azzanathkona, or Shalman. It will explore the ways in which the gods are named, arranged, and networked, with reference to places, functions, modes of action, and associations. Attention will also be paid to the actors of the cults, their behaviors and motivations, their status (from rulers to village associations), and the ways in which they fit into the cultural horizons that intertwine in Syria.

On September 30 and October 1, 2021, two study days will be held in Strasbourg entitled “Naming and representing the gods. Comparative approaches to onomastic and iconographic attributes in dialogue. Family configurations”