Qui sommes nous ?

L'équipe MAP

Après un doctorat en Histoire ancienne à l’université de Liège (1987) et une Habilitation à diriger les Recherches à l’université de Grenoble (2002), Corinne Bonnet est devenue, en 2003, professeur d’Histoire grecque à l’université Toulouse – Jean Jaurès. Responsable du projet MAP, elle est spécialiste des religions de la Méditerranée ancienne, entre monde grec et monde sémitique, avec un intérêt particulier pour les contextes multiculturels.

cbonnet@univ-tlse2.fr

PLH : http://plh.univ-tlse2.fr/accueil-plh/pratique/l-annuaire/mme-bonnet-corinne-28435.kjsp

Élodie Guillon est en charge de la coordination scientifique et administrative du projet MAP. Depuis son doctorat (obtenu en 2013), intitulé « Les arrière-pays des cités phéniciennes à l’époque hellénistique (IVe-Ier s. av. J.-C.). Approches historiques et spatiales d’une aire géoculturelle », elle s’intéresse aux questions de territoire, d’organisation territoriale et des réseaux animant l’espace. Ces centres d’intérêts tournent autour de l’approche spatiale et des nouveaux outils, comme la modélisation, les analyses quantitatives et statistiques permettant de rendre compte de la complexité, de la structuration des installations phéniciennes et puniques, de leurs interactions avec leur environnement qu’il soit spatial, culturel, social… Au sein du projet, elle développe la réflexion autour de l’emploi de ces outils des humanités numériques et participe aux recherches pour le volet sémitique essentiellement.

elodie.guillon@univ-tlse2.fr

PLH : http://plh.univ-tlse2.fr/mlle-guillon-elodie-46830.kjsp
Academia.edu  : https://univ-tlse2.academia.edu/ElodieGuillon/CurriculumVitae

Antoine Laurent

Avec une double formation en archéologie (deux masters à Lille et Lyon) et une en géomatique (master à Saint-Etienne), Antoine Laurent s’intéresse à toutes les formes de la spatialisation de l’information dans les domaines de l’histoire, de l’archéologie et du patrimoine. Dans le cadre du projet MAP il supervise la conception des outils d’analyse.

antoine.laurent@univ-tlse2.fr

CV

Thomas Galoppin

Ses recherches doctorales ont porté sur les animaux et les pratiques dites « magiques » dans le monde gréco-romain. Depuis, il poursuit des recherches sur la magie, le merveilleux et l’innovation rituelle en lien avec la matérialité des pratiques et le dialogue interculturel dans les mondes grec et latin. Sa méthode est celle de l’anthropologie historique, qu’il contribue à développer au sein du projet MAP.

thomas.galoppin@univ-tlse2.fr

CV

Aleksandra Kubiak-Schneider est spécialiste d’épigraphie religieuse palmyrénienne. Elle a fait sa thèse doctorale intitulée « Celui dont le nom est béni pour l’éternité. Une étude des dédicaces sans théonyme de Palmyre » sous la direction des Profs. Michał Gawlikowski et Françoise Briquel-Chatonnet à l’Université de Varsovie en 2016. Ses intérêts de recherche comprennent la continuité des traditions religieuses anciennes (mésopotamiennes, araméennes et phéniciennes) et leur changement dans les époques hellénistique et impériale dans les cités du Proche-Orient.

aleksandra.kubiak-schneider@univ-tlse2.fr>

Titulaire d’une thèse de doctorat en Histoire grecque ancienne sur les épiclèses de Zeus en Attique (Université Rennes 2, 2013), Sylvain Lebreton est un des principaux artisans de la BDEG (Banque de Données des Epiclèses Grecques). Ses travaux sur les structures et les dynamiques du polythéisme hellénique à travers l’étude des épithètes divines trouvent dans l’ERC MAP un cadre naturel. Il contribue notamment au volet « grec » du projet, en particulier dans ses implications historiques, géographiques, sociales et politiques.

sylvain.lebreton@univ-tlse2.fr

Academia.edu : https://ulg.academia.edu/SylvainLebreton
HAL : https://aurehal.archives-ouvertes.fr/author/read/id/1655479
PLH : http://plh.univ-tlse2.fr/accueil-plh/pratique/l-annuaire/lebreton-sylvain-529986.kjsp

Fabio Porzia est responsable des sources épigraphiques et littéraires au Levant du premier millénaire av. n.è. Il a obtenu un Master en Sciences Bibliques à l’Institut Pontifical Biblique de Rome et un doctorat en Sciences de l’Antiquité à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès. Sa thèse, dirigée par Corinne Bonnet et Stefania Mazzoni et intitulée « Gouverner avec le Livre. Une certaine idée de l’ancien Israël », visait à reconsidérer le recours aux catégories d’« identité » et « ethnicité » qui caractérise l’approche de beaucoup d’archéologues, historiens et exégètes à l’ancien Israël. Fabio Porzia est actif dans des recherches archéologiques et historiques au Levant méridional, et son centre d’intérêt courant est le large spectre d’interactions existant entre les différentes communautés de la région.

fabio.porzia@univ-tlse2.fr

Academia.edu : https://univ-tlse2.academia.edu/FabioPorzia

Depuis sa thèse de doctorat, publiée en 2011 aux éditions De Boccard sous le titre La fabrique des couleurs. Histoire du paysage sensible des Grecs anciens, ses recherches portent sur l’anthropologie des couleurs dans les sociétés anciennes. Directrice du programme de recherche Idex Synaesthesia (https://synaesthes.hypotheses.org) de 2015 à 2017, elle élargit aujourd’hui son terrain d’enquête à l’ensemble des registres sensoriels, afin de saisir les spécificités de l’expérience religieuse des Grecs anciens. Son enquête dans le champ des sensibilités se nourrit notamment de dialogues avec les anthropologues, dans une démarche de comparatisme contrastif.

adelinegc@yahoo.fr

Thèse de doctorat (Paris-Sorbonne 1994) sur Isis myrionyme, partiellement publiée dans Myrionymi (Stuttgart 1996 ; 2nde éd. Toulouse 2016) ; collaborateur du Roman Provincial Coinage.

bricault@univ-tlse2.fr

PLH : http://plh.univ-tlse2.fr/accueil-plh/pratique/l-annuaire/bricault-laurent-41283.kjsp?RH=1413489959124

Giuseppina Marano est diplômée en «Philologie, Litterature et  Civilisations de l’Antiquité» à l’Université de Naples Federico II avec un mémoire en Histoire grecque. Ses recherches ont porté sur l’histoire  maccabéenne et surtout sur la tradition de la syngeneia entre Juifs et  Spartiates. Actuellement, elle est doctorante dans le cadre du projet MAP et travaille sur les sources épigraphiques et numismatiques  concernant les cultes de Zeus dans le Southern Levant.

Les chercheurs invités

Ginevra Benedetti est doctorante à l’Université de Pise-Sienne (Italie) (advisors: Mario Lentano / Maurizio Bettini). Elle s’est spécialisée en études classiques à l’Université de Sienne et est maintenant inscrite à un programme de doctorat conjoint avec l’Université de Toulouse Jean Jaurès (codirection: Corinne Bonnet). Ses recherches portent sur les transformations religieuses qui ont eu lieu dans l’empire romain entre le I-IIème siècle de notre ère et en particulier sur l’apparition progressive de la divinité Pantheus en tant que somme des pouvoirs des divinités connues de la culture grecque et romaine. Ses intérêts et domaines d’étude sont l’anthropologie et la religion du monde antique, avec une attention particulière pour l’archéologie et l’épigraphie. Ginevra collabore également avec le Centre d’anthropologie du monde antique (Sienne) pour l’organisation de cycles de séminaires et de réunions, ainsi qu’avec la Revue «I Quaderni del Ramo d’Oro Online» en tant que co-éditeur.

Gian Franco Chiai a étudié la philologie classique, l’archéologie et l’histoire ancienne à l’Université de Rome La Sapienza, où il a poursuivi ses études de doctorat en Histoire Ancienne (Histoire Grecque – Superviseur : Prof. D. Musti). Il a enseigné dans les universités de Tübingen, Heidelberg, Francfort et Berlin (Université Libre). Il a été assistant de recherche dans le projet CIL de l’Académie des sciences de Berlin. Actuellement, il écrit son travail d’Habilitation en Histoire Ancienne à l’Université libre de Berlin.Ses recherches portent sur la religion antique grecque et romaine, la géographie ancienne, l’épigraphie grecque et la numismatique ancienne.

https://fu-berlin.academia.edu/GianFrancoChiai

gian.franco.chiai@fu-berlin.de

g_chiai@yahoo.it

Christian Frevel est docteur en théologie de la Faculté catholique de l’Université de Bonn (1994). Depuis ses travaux sur la déesse Asherah, il a consacré son habilitation, obtenue à l’Université de Bonn (1998), au Pentateuque. Il a enseigné la théologie biblique à l’Université de Cologne et est actuellement professeur de Bible hébraïque à la Ruhr-Universität de Bochum et Extraordinary Professor au département de théologie de l’Université de Pretoria. Ses publications portent sur divers sujets liés à l’histoire (et la religion) d’Israël et de la Judée, à l’iconographie et à l’anthropologie.

Séjour : 15/09 – 31/10/2019

christian.frevel@rub.de

Page institutionnelle

Aleksandra Kubiak-Schneider est une jeune chercheuse, spécialiste d’épigraphie religieuse palmyrénienne. Elle a fait sa thèse doctorale intitulée « Celui dont le nom est béni pour l’éternité. Une étude des dédicaces sans théonyme de Palmyre » sous la direction des Profs. Michał Gawlikowski et Françoise Briquel-Chatonnet à l’Université de Varsovie en 2016. Ses intérêts de recherche comprennent la continuité des traditions religieuses anciennes (mésopotamiennes, araméennes et phéniciennes) et leur changement dans les époques hellénistique et impériale dans les cités du Proche-Orient. Actuellement elle est en recherche de poste.

Séjour :  01/03 au 30/06/2019 ; okubiak@gmail.com

Alessandro Buccheri est docteur de l’EHESS et de l’Université de Pise. Il est actuellement post-doctorant du LabEx HASTEC, et rattaché au Centre Jean Pépin. Ses recherches portent sur la poésie grecque archaïque et classique, ainsi que sur l’histoire de la botanique grecque. Dans le cadre du projet MAP, il explore le rôle de la terminologie botanique dans les chaines onomastiques des divinités grecques.

Anaïs Marchiando est doctorante à l’Université de Genève (directeur Dominique Jaillard). Elle s’est spécialisée en grec ancien et en histoire des religions à l’Université de Genève. Ses recherches portent sur les Erinyes et les configurations dans lesquelles elles apparaissent et agissent, dans la tragédie athénienne et dans les inscriptions.

Advisory Board du projet MAP

Collaborateurs

Manugraphie est une entreprise individuelle basée à Toulouse, Occitanie, spécialisée dans le webdesign et la conception de sites internet Drupal, WordPress et Wix. 

emmanuel-pepin@orange.fr

Étudiant du Master Mondes Médiévaux à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès et ancien étudiant de la licence d’Histoire Bilingue Français-Anglais. Responsable de la mise en ligne les publications en français et anglais du site web de l’ERC MAP, de la page PLH et du Facebook.

Maria Bianco est Docteur de recherche en Histoire de l’Antiquité, titre obtenu avec la thèse «Les Phéniciens et les Grecs en Méditerranée : étude de leurs relations à travers les témoignages épigraphiques (Ve siècle avant – Ier siècle après J.-C.) ». Elle a été post-doctorante dans le cadre de MAP durant les deux premières années du projet (2017-2019). Ses intérêts de recherche portent, en particulier, sur l’épigraphie grecque et sémitique, les thématiques du multilinguisme et multiculturalisme dans la Méditerranée antique ainsi que sur les transferts et contacts linguistiques et l’onomastique antique.

maria.bianco@univ-tlse2.fr

Lien vers CV

Au sein du projet MAP, Nourelhouda Elomri est en charge des relectures de la base de données. Après une double formation à l’Université de la Sorbonne-Paris 3 en civilisation américaine (master obtenu en 2015) et en linguistique anglaise (master obtenu en 2017), ses recherches doctorales tournent autour de l’évolution des constructions catenatives dans le monde anglophone. Actuellement, elle est enseignante et coordinatrice pédagogique à l’Université de Léonard De Vinci à Paris.

Julie Anglade est étudiante en Histoire Bilingue Anglais et en Sociologie à l’université Toulouse 2 Jean Jaurès. En tant que stagiaire elle est là pour seconder l’organisation de la Summer School qui a eu lieu à Jérusalem entre le 9 et le 19 juillet 2019. Elle a aidé pour la logistique du séjour et crée les supports de communication à destination des participants en lien avec l’événement. 

Étudiant en informatique à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès.

Développe une application qui permet de visualiser graphiquement les relations entre les formules onomastiques.

Maxime Salvagnac est un étudiant en informatique à l’université Paul Sabatier à Toulouse. Son travail consiste à faire une interface de requête et de visualisation pour le site web. Il s’occupe aussi de mettre en lien de façon graphique les relations entre les noms des dieux.

Anciennement de la Licence Histoire Bilingue français-anglais, Mathilde Rieu est étudiante en deuxième année du Master Mondes Anciens à l’Université Toulouse – Jean Jaurès. Son rôle est d’aider à la coordination du Colloque « Naming and Mapping the Gods in the Ancient Mediterranean. Spaces, Mobilities, Imaginaries » qui aura lieu en mars 2020 ainsi qu’à l’organisation du Séminaire 4, de l’année 2019-2020

© ERC MAP 2017-2022

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com