Manifestations scientifiques

Summer et Spring Schools

La première Summer School s’est tenue à Jérusalem du 9 au 19 juillet 2019

La prochaine Spring School se tiendra à Argos (Grèce) en 2022 en collaboration avec l’Ecole française d’Athènes

Colloques

Cet atelier « Les dieux d’Homère III » et premier colloque du projet MAP, tenu à l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer les 10 et 11 septembre 2018, a donné l’occasion de lancer la réflexion sur l’articulation entre les épithètes dites littéraires et les épiclèses relevant de contextes rituels ou cultuels, à travers l’examen du dossier homérique et de ses échos.

Comme le rappelle Hérodote, ce sont Homère et Hésiode qui ont enseigné aux Grecs la manière de nommer les dieux. Dès lors, cette enquête sur les systèmes et les pratiques de dénomination en contexte entendait embrasser du regard les poèmes d’Homère, mais également la poésie hésiodique et archaïque, les Hymnes homériques et, dans la longue durée qui va jusqu’à la fin de l’Antiquité et même au-delà, leur circulation et réception dans de multiples genres et usages littéraires. Dans l’esprit du projet MAP, on a abordé les attributs onomastiques divins comme un véritable langage, susceptible de faire système et d’évoluer au gré des contextes d’énonciation.

Les différentes contributions au colloque ont fait ressortir la complexité et la polysémie des outils onomastiques, ainsi que la multiplicité des enjeux qui y sont liés. La rencontre a également donné l’occasion d’interroger les contours des catégories de « théonymes » et d’« épithètes », mais aussi d’« épiclèses (cultuelles) » et d’« épithètes (littéraires) ». Loin d’être un simple ornement ou un ingrédient technique, l’épithète participe pleinement à la fabrique du divin en pays polythéiste. Dans la dimension de la réception, elle révèle des « pulsions » de la mémoire culturelle, qui contribuent à renouveler, à travers les ressorts de la dénomination, la représentation des puissances invisibles.

Programme du colloque

We are pleased to announce that the MAP project organizes a Workshop at the Annual Conference of the European Association of Biblical Studies (EABS), that will take place at the University of Warsaw from the 11th to the 14th August 2019. The Workshop is entitled “Gods in Translations: The Many Names of Ancient Semitic Gods” and the call for papers is open until 28th February 2019. For more information and for submitting a paper, see the following link:

Gods in Translations: The Many Names of Ancient Semitic Gods

Programme Colloque 2021L’Antiquité est un monde rempli de dieux. Loin d’être confinés dans leurs sanctuaires, les dieux s’enracinent dans l’environnement humain de multiples façons : villes, carrefours, frontières et limites, forêts, montagnes, mer et bien d’autres espaces où ils continuent d’habiter. De même, ils colonisent des espaces imaginaires, lorsque poètes et auteurs évoquent leurs lieux de vie ou ceux qu’ils traversent au cours de leurs différentes aventures. Il est donc logique que les spécialistes de l’Antiquité se penchent depuis longtemps déjà sur l’inscription du divin dans l’espace. Dans cette perspective, la conférence Naming and Mapping the gods in the Ancient Mediterranean. Espaces, Mobilités, Imaginaires souhaite réunir les compétences et spécialités de multiples disciplines – archéologie, histoire, géographie, anthropologie, histoire des religions, philologie, réception, analyse des réseaux sociaux – afin de considérer de nouveaux corpus documentaires concernant l’intersection entre le divin et l’espace. En outre, la conférence vise à se différencier en proposant un angle d’approche innovant, inspiré par les thèmes du projet ERC MAP : l’intersection entre les espaces et les désignations des dieux. Les manières de nommer les puissances divines, étant donné qu’elles sont envisagées comme des moyens de définir, de caractériser, de différencier, mais aussi de relier, constituent effectivement autant d’indices d’une « cartographie » dynamique et complexe du divin.

Journées d'études

Journée d’études : Sive deus sive dea. Dénominations divines dans les mondes grec et sémitique : une approche par le genre.

Date : 1er avril 2019

Lieu : Maison de la recherche, Toulouse

Dans le cadre des recherches de MAP sur les noms divins, la Journée d’étude Sive deus sive dea du 1er avril 2019 avait pour objectif d’éclairer les modalités de composition et d’usage des dénominations divines au moyen de l’outil du genre (gender). Nous avons pu comprendre dans quelle mesure l’outil conceptuel révélait des stratégies de dénomination particulières, ainsi que certaines relations nouées entre les agents humains qui recourent aux noms divins et les puissances ainsi invoquées. Fidèle à sa perspective comparatiste, le projet MAP, avec le concours du projet Eurykleia et l’Institut Universitaire de France, a reçu des spécialistes de la religion grecque et des religions ouest-sémitiques.

Stella Georgoudi (EPHE – AnHiMA), « Grand » dieu, « Grande » déesse : à propos des épithètes/épiclèses Megas/Megalê en Grèce ancienne.

Stéphanie Anthonioz (Université catholique de Lille, Orient & Méditerranée), Le divin au Levant : une approche par les textes bibliques et par le genre.

Audrey Vasselin (Paris 1 – AnHiMA), De la bonne manière de nommer Athéna à Athènes : l’emploi de l’épicène ἡ θεός dans les inscriptions officielles et les dédicaces privées (VIe-IIe siècles av. J.-C.).

Aleksandra Kubiak-Schneider (Chercheuse invitée au sein du Projet MAP), Women in the votive dedications from Palmyra.

Marie Augier (Université de Strasbourg – Archimède), Dénominations divines, genre des acteurs du rituel et des agents cultuels : le cas des prêtrises de Dionysos.

Adriano Orsingher (Eberhard-Karls-Universität Tübingen), Giving a face to a name. Phoenician and Punic Divine Iconographies, Names and Gender.

Une table ronde conclusiveHistoire des religions, histoire du genre : un croisement fructueux, avec Sandra Boehringer, Corinne Bonnet et Violaine Sebillotte Cuchet, a apporté des conclusions méthodologiques quant à l’application des concepts d’histoire du genre à la documentation rencontrée en histoire des religions, en témoignant de pistes fructueuses pour la recherche.

Une publication des contributions à ce riche atelier exploratoire est en cours de préparation.

La journée d’étude était précédée par une séance d’information et d’échanges entre les équipes des programmes MAP et Eurykleia (https://eurykleia.hypotheses.org/), le matin du vendredi 29 mars. Cet atelier a également permis de confronter les objectifs et méthodes de travail mis en œuvre pour la constitution de bases de données impliquant l’onomastique antique.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Journée d’études : Stephanephoria. Honorer les dieux, couronner un parcours

Date : 21 juin 2019

La journée d’études Stephanephoria. Honorer les dieux, couronner un parcours a été offerte le 21 juin 2019 à Nicole Belayche, Directrice d’études à l’École Pratique des Hautes Études et membre du laboratoire AnHiMA (UMR 8210) [http://www.anhima.fr/spip.php?article56], dont les travaux autour des cohabitations religieuses, la représentation et la dénomination du divin dans le monde romain éclairent nos propres travaux au sein du projet MAP. La rencontre a été l’occasion de riches échanges dans la lignée des recherches collectives qu’elle a animées.

Journée d’études : Des dieux en séries?

Pour inaugurer le programme de recherche “Panthéons” en contexte : pour un répertoire raisonné des listes de divinités dans les religions antiques, coordonné par Gabriella Pironti (EPHE – ANHIMA), une collaboration s’est mise en place avec le projet ERC Mapping Ancient Polytheisms et le programme Penser en listes dans les mondes grec et romain co-dirigé par Romain Loriol (Lyon 3 – Hisoma). Les 29 et 30 novembre 2019, une rencontre à visée exploratoire interrogera la relation entre listes et polythéismes antiques, dans une perspective interdisciplinaire et comparatiste.

Quand, où, pourquoi, dans quels contextes met-on les dieux en séries ? Comment comprendre cette pratique particulière du langage du polythéisme ? Quelles sont les logiques syntaxiques qui président à l’enchaînement de noms divins ? Quelles analogies et quelles différences est-il possible de relever entre les listes divines au sein des diverses aires culturelles prises en compte ?

2019-11-29.30_dieux en séries_ affiche (1)

2019-11-29.30_dieux en séries_programme

Pour explorer l’idée selon laquelle nommer c’est convoquer des bribes de “théologie” s’enracinant dans des traditions et des innovations propres à chaque environnement, la Syrie fournit un terrain d’une richesse exceptionnelle. Dans le cadre du projet MAP (ERC Advanced Grant 741182 « Mapping Ancient Polytheisms. Cult Epithets as an Interface between Religious Systems and Human Agency »), on se propose de scruter les appellations partagées ou spécifiques, répandues ou singulières, des innombrables divinités attestées avec leurs attributs onomastiques et iconographiques dans les sanctuaires syriens : Nabu, Nergal, Shamash, Zeus, Athéna, Némésis, ou encore les moins connus Durahlun, Azzanathkona, ou Shalman. Il s’agira d’explorer les manières dont les dieux sont nommés, agencés, mis en réseaux, en référence à des lieux, des fonctions, des modes d’action, des associations… On prêtera aussi attention aux acteurs des cultes, à leurs comportements et motivations, à leurs statuts (des souverains aux associations villageoises) et aux façons dont ils s’inscrivent dans les horizons culturels qui s’entrelacent en Syrie.

Le 30 septembre et le 1er octobre 2021 se déroulera à Strasbourg deux journées d’étude intitulées “Nommer et représenter les dieux. Approches comparatistes des attributs onomastiques et iconographiques en dialogue. Les configurations familiales”